Friday, February 26, 2010

Aubeterre : Charente (Angoumois)

La partie orientale de l'ancien Angoumois, en contact avec le Périgord, a maintenu l'ancienne langue d'oc limousine (cf carte), en partie du fait de raisons géographiques (la plaine à l'Ouest a été oïlisée alors que les contreforts du Massif Central étaient à l'écart des voies de communication majeures) mais probablement anciennement ethniques (ainsi toute une partie de la Charente limousophone contemporaine dépendait antiquement déjà de la cité des Lémovices).

The eastern part of former Angoumois, in contact with Périgord, has maintained the old Oc Limousin language (cf map), probably because of geographic reasons (the plain in the West was "oïlicized" whereas the foothills of Massif Central were kept away from major communication roads) and because of former ethnic links (for instance, a great part of modern Limousin-speaking Charente belonged to the city of the Lemovici).






  • Echantillon représentatif / Sample :
Taille réelle / Full Scale


  • Analyse anthropologique sommaire / Brief anthropological analysis :

- Type 1 : "Complexion" intermédiaire (cheveux de blond foncé à noir, yeux parfois gris, ...), leptomorphique, menton pointu, long nez droit implanté haut, oreilles décollées, yeux rapprochés
~ Atlantide

Intermediate complexion (from dark-blonde to black hair, grey eyes, ...), leptomorphic, pointy chin, high-rooted and long straight nose, flappy ears, close-set eyes
~ Atlantid





C'est le type principal de la France de l'Ouest déjà identifié dans la région d'Angoulême. Dans une variabilité plus sombre et plus robuste (menton plutôt proéminent chez les hommes, tête large chez les femmes), il s'agit d'une variante assez locale que l'on peut dire "pictave" au sens où elle est essentiellement localisée dans les pays entre Gironde et Loire, dans les terres de langue poitevine-saintongeaise. Elle est ici cependant moins archétypique.

This is the main Western French type which was already identified in neighbouring Angoulême. When in a darker and more robust variability (rather prominent chins on men, a large face on women), this type is quite localized to regions between the Gironde and the Loire rivers where Poitevin-Saintongeais is spoken, hence why it could be labelled "Pictavian". Nevertheless, this type is less archetypal here.





- Type 2 :
Complexion plutôt foncée, brachymorphique, petit nez épaté concave et implanté bas, tête large et carrée, yeux éloignés
~ Alpinoïde

Rather dark complexion, brachymorphic, flat and concave low-rooted nose, broad squared face
, wide-set eyes
~ Alpinoid




Ce type, essentiellement féminin, rappelle de toute évidence les types similaires du Périgord commentés précédemment. Il est ici cependant bien plus prédominant qu'à Angoulême.

This type - essentially female - reminds us of similar types in Périgord on which we previously commented. Nevertheless, it's much more prevailing than in Angoulême.


  • Morphotypes finaux / Final morphotypes :

2 comments:

  1. Quand vous avez le temps (ou l'envie) pourriez vous faire de même avec un endroit du bas-Dauphiné (ancien Viennois), vers les cantons de Crémieu, Morestel, bref dans l'arrondissement de la Tour-du-Pin?
    tout comme le Bugey voisin, cette zone a reçu un relativement important apport burgonde (et déjà auparavant celtique) et diffère en cela du Haut-Dauphiné (à partir du sud de Grenoble); la différence devrait vous apparaître, les recensements physiques de la population de 1880 et 1940 en terme de couleurs de cheveux et d'yeux le montrent en tout cas...
    Ce qui est intéressant, c'est que cette différence semble recouper grosso modo aux limites linguistiques dauphinoises entre franco-provençal au nord (comme les voisins que sont Lyonnais, Savoie...) et occitan (sud de l'Isère, Drôme, Hautes-Alpes)

    ReplyDelete
  2. Entendu, ce n'est pas vraiment la recherche de photos qui me prend du temps mais le "morphotype", je vais essayer de faire ça au plus vite. J'ai comme intuition que la différenciation entre zone franco-provençale et zone gavote (oc) en Dauphiné colle plus ou moins à une différenciation ethnique qui est peut-être encore antérieure aux invasions burgondes comme vous le sous-entendez. Il semble que l'on retrouve de l'autre côté des Alpes le même genre de phénomènes.

    Il est assez probable que mes "samples" déjà exécutés dans le Lyonnais ou du côté d'Annonay donnent une idée de ce que l'on pourrait définir comme étant un phénotype "franco-provençal" depuis l'entrée du Rhône en France jusqu'à ce qu'il faut appeler le "Sud" à savoir le Vivarais.

    ReplyDelete

J'ai choisi de laisser les commentaires ouverts. Cependant vous perdrez votre temps à me sermonner et à me traiter de fasciste (ce que je ne suis vraiment pas) : je vous prie de lire mon introduction qui saura vous rassurer quant à mes intentions. Dans l'amateurisme le plus complet, je n'agis que dans un but de connaissance. Je comprendrai aisément que vous ne partagiez pas mon intérêt pour l'histoire du peuplement du monde, abstenez-vous de vous donner facilement bonne conscience sur le dos d'un travail qui se veut avant tout documentaire et humble.

I've chosen to let people comment freely on my posts. Nevertheless, you'll lose your time taunting me and calling me a fascist (which I'm really not) : I pray you to read my introduction which will reassure that my intentions genuinely aim at achieving amateurish knowledge. I understand that you may not share my passion for the history of the peopling of the World, just don't let me know as clear conscience gained by bashing a humble documentary work is useless.

http://anthrofrance.blogspot.com/2009/05/introduction.html