Saturday, October 30, 2010

Saint-Pons : Hérault (Bas-Languedoc)

Le Minervois autour de Saint-Pons est la seule micro-région du département de Hérault qui dépendait initialement du diocèse de Narbonne, la Narbo Martius des Romains. Cependant, le peuplement semble avoir été semblable : si la région semble primitivement avoir été peuplée d'Ibères, elle s'intègre au monde celtique à partir du IIIème siècle avant JC via l'arrivée des Volques.

The country of Minervois around Saint-Pons is the only area of the département of Hérault which initially belonged to the diocese of Narbonne, known as Narbo Martius by the Romans. Nevertheless, the peopling of the area seems identical : despite being primitively part of Iberian lands, the region was absorbed into the Celtic world in the 3rd century BC when the Celtic Volcae conquered it.




Former dioceses



  • Echantillon représentatif / Sample :

Taille réelle / Full Scale


  • Analyse anthropologique sommaire / Brief anthropological analysis :

- Type 1 : Complexion sombre (cheveux noirs, ... mais yeux parfois clairs), leptomorphique, traits bouffis, yeux rapprochés, long nez convexe et implanté haut, mâchoires larges, menton pointu
~ (Atlanto-)Méditerranéen dinarisé

Dark complexion (dark hair, ... but eyes can get light), leptomorphic, puffy features, close-set eyes, long and high-rooted convex nose, large jaw, pointy chin

~ Dinaricized (Atlanto-)Mediterranean




Alors que ce type est très dominant, aussi bien du côté de Mazamet en Languedoc toulousain que dans les pays catalans, il est ici assez rare, et plus particulièrement chez les hommes. Nous rencontrerons également ce phénomène intéressant dans les environs de Narbonne dont Saint-Pons est une annexe. Nous constaterons plus tard qu'il y a comme une coupure sur les Corbières qui marque la fin de l'influence pyrénéenne.

A very dominating type in neighbouring Mazamet ("Languedoc toulousain") and Catalan areas, it is however quite rare in Saint-Pons, more particularly amongst men. We will encounter that very same phenomenon in Narbonne - of which Saint-Pons is a subdivision - as well. Later on, we will notice that there is somehow a border on the Corbières where Pyrenean influence ends.


- Type 2 : Complexion intermédiaire (cheveux clairs, yeux clairs, ...), brachymorphique, tête large, yeux éloignés, mâchoires larges, nez petit et large
~ Alpinoïde

Intermediate complexion
(light hair, light eyes, ...), brachymorphic, wide face, wide-set eyes, large jaw, little and broad nose
~ Alpinoid




Les types brachymorphiques sont ainsi très dominants dans l'échantillon. Ils sont complétés par des variantes dinaromorphiques plus classiques du Languedoc.

Brachymorphic types are thus very prevailing in this sample. They are completed by dinaromorphic variants which are more on par with Languedocian variability.




  • Morphotypes finaux / Final morphotypes :

4 comments:

  1. Ah très bien, j'attendais quelques-uns de cette région. Je reste "dubitatif", dans le sens où je trouve le morphing masculin "très" différent des autres morphing héraultais, et bien sûr tout aussi différent des morphing des Pyrénées-Orientales. Le morphing final a un aspect très enfantin, childish curieux. La prédominance des alpinoid me semble relever d'un repeuplement massif de la région par des celtes (donc les volques), plus qu'au sud. Mais la différence des morphing (que je perçois) avec les autres héraultais demeure un mytère.

    ReplyDelete
  2. Oui, je suis pareillement circonspect. Seulement, je retrouve dans les environs campagnards de Narbonne le même phénomène d'infantilisation, je vais mettre ça en ligne dans la journée, c'est stupéfiant, surtout en comparaison des "morphotypes" catalans. Cette trainée "brachymorphique" atteint Limoux et la Fenouillède languedocienne alors que le Lauragais, plutôt toulousain, reste plus classiquement dans une variabilité "Sud-Ouest". Il y a une vraie distinction ethnique, c'est stupéfiant.

    Remarquons que cette tendance à l'infantilisation a également été remarquée sur ce site du côté de la rive droite de la Garonne vers Montauban. Mon problème c'est Mazamet qui est tout à fait "ibérique" (mais on sait que Mazamet est aussi de langue ibéro-languedocienne, alors que vers Montauban, c'est déjà du guyennais carcinol). La comparaison avec la rive gauche lomagnole gasconne sera d'ailleurs sans appel sur la différenciation.

    Pour revenir à Narbonne, je vais également mettre en ligne un sample du Minervois carcassonnais, les Corbières languedociennes également, quelque chose va émerger de tout cela. J'ai également en stock Lacaune dans le Tarn qui est dans une variabilité déjà cévenole.

    ReplyDelete
  3. Le Tarn cévenol ? Rouergat plutôt ? A moins que les Cévènes ne fassent un saut spatial...et Lacaune jouxte St Pons à l'ouest (même si c'est un autre pays, c'est bien à côté !)
    En clair, ce que je pense, c'est que Narbonne a été massivement repeuplée, chose probablement due à son statut de capitale gauloise (Gaule narbonnaise). Maintenant, il y a des trous qu'on n'arrive pas à expliquer : pourquoi le biterrois si proche se différencie autant ?
    Pour le Montalbanais, pour en avoir discuté avec des habitants du Quercy, ils ne considèrent pas Montauban comme faisant partie du Quercy (seulement le nord du Tarn-et-Garonne). Est-il possible qu'il y ait une souche celte apparentée aux Elysiques qui se soient implantées là ? La Gascogne de Lomagne, c'est déjà un autre pays en effet.
    Sinon, linguistique et ethnologie ne se recoupent pas à 100 % 95 % peut-être ?

    ReplyDelete
  4. Par "cévenole", je faisais allusion à l'ancienne terminologie de l'école d'anthropologie française qui dénommait de la sorte la variabilité alpinoïde de la France sud-centrale. Je n'ai pas été assez précis, désolé !

    Pour ce qui est des "trous", je ne me les explique pas. Soit un biais méthodologique. Soit tout simplement que la forte immigration ibérique de ces 100 dernières années a créé des distinctions nouvelles. Je ne sais pas.

    Pour ce qui est de Montauban, les habitants du Quercy ont tort, mais là on ne peut pas leur en vouloir, l'affreux département du Tarn-et-Garonne a troublé les esprits : Montauban est la ville frontière du Quercy, frontière plus précisément avec le pays toulousain rive gauche du Tarn.

    Je ne sais pas si linguistique et ethnologie se recoupent, je le crois car une langue nait dans une intimité entre des personnes qui constituent un peuple. Et on constate que la dialectologie romane est quasi-calquée sur ce que l'on sait du peuplement ancien des régions. Pour rester dans le Sud-Ouest, il est quand même incroyable que la ville de Toulouse soit depuis les origines à cheval sur deux domaines ethno-culturels. Il y a une continuité ébouriffante.

    ReplyDelete

J'ai choisi de laisser les commentaires ouverts. Cependant vous perdrez votre temps à me sermonner et à me traiter de fasciste (ce que je ne suis vraiment pas) : je vous prie de lire mon introduction qui saura vous rassurer quant à mes intentions. Dans l'amateurisme le plus complet, je n'agis que dans un but de connaissance. Je comprendrai aisément que vous ne partagiez pas mon intérêt pour l'histoire du peuplement du monde, abstenez-vous de vous donner facilement bonne conscience sur le dos d'un travail qui se veut avant tout documentaire et humble.

I've chosen to let people comment freely on my posts. Nevertheless, you'll lose your time taunting me and calling me a fascist (which I'm really not) : I pray you to read my introduction which will reassure that my intentions genuinely aim at achieving amateurish knowledge. I understand that you may not share my passion for the history of the peopling of the World, just don't let me know as clear conscience gained by bashing a humble documentary work is useless.

http://anthrofrance.blogspot.com/2009/05/introduction.html